12 février 1993 : Création de l’UNSA

L’Union nationale des syndicats autonomes (UNSA) voit le jour le 12 février 1993 1993, quand 5 organisations syndicales non confédérées se regroupent « dans une démarche réformiste, laïque et revendicative, fondée sur l’indépendance syndicale pour un syndicalisme rénové et démocratique ». Les syndicats fondateurs sont la Fédération de l’éducation nationale (FEN) – autonome depuis la scission CGT/CGT-FO –, la Fédération générale autonome des fonctionnaires (FGAF), et trois syndicats issus du Groupe des Dix qui fondera plus tard l’Union syndicale Solidaires : la Fédération générale des salariés des organisations de l’agroalimentaire (FGSOA), la Fédération autonome des transports (FAT), et la Fédération maîtrise et cadres des chemins de fer (FMC). Au niveau national, l’UNSA est composée de 8 pôles professionnels et de regroupements transversaux :

Pôles :

    Pôle 1 : Agriculture, agroalimentaire, organismes agricoles
    Pôle 2 : Banque, assurance, établissements financiers
    Pôle 3 : Commerce, hôtellerie, tourisme
    Pôle 4 : Audiovisuel, communication, information, spectacle
    Pôle 5 : Industrie
    Pôle 6 : Services et activités diverses
    Pôle 7 : Transports et équipement
    Pôle 8 : Fonction publique

 Regroupements :

    l’UNSA Retraités
    l’UNSA Fonction publique
    UNSA Sports
    UNSA Spectacle et communication

Lors de la création de l’UNSA, les décisions se prennent à l’unanimité, ceci afin de garantir une autonomie aux syndicats membres. Mais l’augmentation du nombre d’adhérents l’a contraint à modifier ses structures organisationnelles au congrès d’Issy-les-Moulineaux en 1998. Ainsi, un congrès national, regroupant les délégués de toutes les organisations syndicales et des unions régionales et départementales adhérentes se réunit tous les 3 ans jusque 2009, puis tous les 4 ans. Lors de chaque congrès, un conseil national est formé, qui élit le secrétariat général.  Le secrétariat élu, ainsi que les représentants des pôles et des unions régionales forment le bureau national, qui administre l’UNSA entre deux congrès. Tous les trois mois se réunit un conseil national trimestriel composé du bureau national et de représentants des pôles et des unions départementales.

Aujourd’hui, l’UNSA revendique 360 000 adhérents. Elle est la deuxième organisation syndicale de la fonction publique d’Etat. A ce titre, elle est reconnue comme représentative dans le secteur public. Elle a bénéficié de la loi du 20 août 2008 redéfinissant les règles de représentativité syndicale. En effet, cette loi lui a permis de créer des sections syndicales et de se présenter aux élections prud’homales dans les entreprises comptant plus de 2 adhérents. Dès l’année suivant l’entrée en vigueur de la loi, l’UNSA avait créé plus de 150 nouvelles sections syndicales. Lors des élections prud’homales de 2008, elle reçoit 6,2% des voix et voit son score progresser de 1,2 points. Son implantation progresse notamment dans le secteur privé.

Depuis le 17 mars 2011, c’est Luc Bérille qui est secrétaire national de l’UNSA. Il succède à Alain Olive qui occupait cette fonction depuis 1994.